• Vision du monde

Le Brésil, par amour du football

Temps de lecture : 3 minutes

Le Brésil a remporté sa 9ème Copa America il y a quelques semaines, une compétition toujours gagnée à domicile, le tout en offrant un beau jeu. Le football rassemble le peuple, plus que n’importe quel autre sport. Mais pourquoi cette discipline, introduite dans ce pays par un britannique à la fin du 19ème siècle, y a une importance si particulière ?

La portée du football

Dans un pays connu pour ses problèmes économiques et sociaux, le métissage, la possibilité d’ascension sociale et les victoires procurées par le football ont une énorme influence sur le quotidien des brésiliens.

Outre le fait que les compétitions internationales constituent l’un des moments où la presse étrangère fait écho au Brésil de manière positive – en ignorant temporairement la situation de la forêt amazonienne, la question des favelas ou plus récemment les scandales de corruption des anciens présidents -, le sport est d’une importance considérable pour la socialisation et l’intégration des classes précaires, même plus que des lois de discrimination positive mises en place en vain; comme le fait de réserver des places aux étudiants amérindiens, noirs, et métis dans tous les établissements publics brésiliens qui ne fait que créer des tensions supplémentaires.

Pourquoi un tel engouement ?

Ce qui a fait la renommée du football brésilien et déclenché la passion du peuple est le jeu unique de la Seleção, l’équipe nationale. Connue pour son « jeu-samba », elle dribblait avec le ballon au point d’en faire un spectacle, au détriment des équipes adverses. Une aisance incomparable sur le terrain comme si le football leur appartenait, une beauté dans le jeu jamais égalée.

L’un des facteurs qui découle de l’importance du football au Brésil est le sentiment d’appartenance. Le sport crée une ambiance générale festive même pour les personnes novices ou non initiées, ce sont des moments de partage incomparables. Imaginez le stade Maracanã avec plus de 80 000 personnes dans ses gradins. On frissonne, on chante, on mange, on crie, on chante, on siffle, on brandit le tifo (animations visuelles généralement organisées par des supporters d’une équipe qui, chacun levant leur petite image, forment un ensemble représentant un joueur/un slogan/une équipe). L’ambiance dans les rues de Rio de Janeiro et autres villes n’a rien à envier à celles du stade : en famille, entre amis, dans la rue, sur les grandes places, on se réunit pour les matchs événements. Le peuple célèbre uni, sans distinction sociale, ethnique ou autre. C’est là que réside la vraie beauté de ce sport.

En effet, le football est une échappatoire permettant de surmonter les problèmes du quotidien de nombreux brésiliens. Avec des salaires bien inférieurs au minimum imposé en Europe, le sport va au-delà d’un refuge temporaire à la réalité. Il est une réelle source d’espoir pour des millions de jeunes qui espèrent reproduire le jeu des stars brésiliennes adulées dans le monde. Des joueurs comme Pelé, Romario, ou encore Ronaldinho, véritables légendes, sont devenus des exemples de réussite. Ces enfants métisses issus des favelas ont fait la fierté d’un pays entier à des périodes différentes, unissant l’ensemble du peuple et même d’autres fans à travers le monde.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le succès de la Seleção n’est plus à démontrer avec 5 coupes du monde à son actif et, depuis peu, 9 Copa America ; un palmarès qui demeure inégalé ! Actuellement, elle est classée 3ème équipe nationale, juste après notre équipe française adorée et nos voisins belges ! ?

Certes, la grande époque de Pelé, Ronaldo et d’autres joueurs, ayant donné au Brésil sa réputation de jeu-spectacle, est un peu révolue mais la ferveur, elle, subsiste ! Une balade dans les favelas suffit pour voir l’intérêt consacré au football par toutes les générations et peut-être d’admirer un des futurs espoirs du pays en train de jouer avec ses amis.

Un voyage dans une ville brésilienne doit passer par les favelas où les joueurs légendaires ont grandi, la visite des stades mythiques, et, si vous souhaitez pousser l’expérience, assistez à un match sur place. Un pur moment de partage, de bonheur, un condensé d’émotions brutes et de fierté pour ce sport qui, on l’espère, continuera à unir et faire vibrer ce magnifique peuple pendant longtemps.

Plus de lecture ?

L’art de pardonner chez les Ndébélés

L’art de pardonner chez les Ndébélés

Afrique du Sud

Le monde regorge de modèles de sociétés injustement dites « mineures » et qui fonctionnent différemment de la nôtre. Comme il est souvent bon de regarder au-delà de ses frontières, nous avons jeté un œil du côté de nos voisins, même...

Nouveau président : la transition historique de Cuba

Nouveau président : la transition historique de Cuba

Cuba

Le jeudi 19 avril dernier, les cubains ont assisté à une passation de pouvoir historique entre Raul Castro et Miguel Diaz-Canel. A 58 ans, il reprend les rênes de Cuba après 60 ans de gouvernance par la fratrie Castro. S’il est trop jeune pour...

Avoir 20 ans au Japon

Avoir 20 ans au Japon

Japon

Temps de lecture : 2 minutes Quentin est un voyageur qui s’est longtemps exilé au Japon, ce pays de tous les contrastes. Aujourd’hui, il travaille dans l’une de nos agences de voyage locales depuis la France en tant que conseiller...