• Vision du monde

Vers des voyages carbone neutre grâce à l’absorption

Chez bynativ, nous sommes en proie à un questionnement perpétuel : comment concilier voyage et respect de l’environnement ? Après tout, nous envoyons nos voyageurs aux quatre coins du monde, afin qu’ils contemplent les beautés naturelles de notre planète … tout en sachant que c’est elle qui fait finalement les frais de cette ouverture d’esprit. Nous sommes bien conscients de notre impact et de l’urgence dans laquelle nous sommes. C’est pourquoi nous sommes bien décidés à agir ! D’abord à travers la proposition de voyages plus respectueux de l’environnement, mais également grâce à l’absorption carbone des vols internationaux de nos voyageurs. L’absorption carbone, qu’est-ce que c’est ? On vous explique tout !

L’impact du tourisme sur l’environnement

2 à 4% : voici la part de l’aviation dans les émissions CO2 générées à l’échelle mondiale selon le GEIC. Ce chiffre, bien que difficile à saisir, est malheureusement (et inévitablement) en constante croissance et résulte de ces voyageurs, toujours plus nombreux, désireux de découvrir notre belle planète. Aujourd’hui, les avancées technologiques ne sont pas assez rapides au regard de cette part exponentielle d’émissions carbone liées au secteur du voyage. Faut-il alors arrêter de prendre l’avion ? C’est ce que le mouvement suédois « flygskam » (la honte de voler) laisse transparaître. Chez bynativ, nous sommes tiraillés entre nos deux amours : la rencontre de l’autre et la planète. Mais plutôt que d’arrêter complètement de voyager ou, au contraire, de faire comme si tout allait bien, nous avons décidé d’agir, à notre échelle.

L’absorption carbone, comment ça marche ?

Depuis janvier 2018, bynativ absorbe 100% des émissions carbone des vols internationaux que nos voyageurs ont réservé via notre moteur de réservation Misterfly. Par l’intermédiaire de la fondation Insolite Bâtisseur Philippe Romero, nous reversons l’équivalent de l’empreinte carbone de nos voyageurs à des associations de reforestation. Ces projets ont été, bien évidemment, vérifiés et certifiés par des experts.

2,87 tonnes : c’est l’empreinte carbone d’un vol Paris/New York, selon le calcul précis de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la Maîtrise de l’Energie). Pour compenser ces émissions, il nous faudrait alors replanter 20 arbres. A titre de comparaison, chez bynativ, depuis 2018, nous avons compensé 2 300 tonnes de CO2. Une goutte d’eau dans l’océan, peut-être, mais qui prouve notre volonté forte et transparente d’apporter notre pierre à l’édifice.

Pourquoi favoriser la mangrove ?

Absorber le CO2 des vols internationaux de nos voyageurs, c’est une chose. Mais pour que cela ait un véritable impact, encore faut-il le faire dans des endroits qui en ont réellement besoin. Ainsi, bynativ participe au financement d’actions de reforestation dans des zones spécifiques comme la région des Sundarbans en Inde, au Sénégal, au Pérou dans la province de St Martin et sur l’île de Sumatra en Indonésie. Ces projets ont tous été réfléchis pour, non seulement compenser et absorber les émissions CO2, mais également participer à la restauration de la biodiversité vitale aux communautés qui vivent sur place.

Ces 4 projets de reforestation  ont une chose en commun : la plantation de milliers de palétuviers, donnant lieu à l’apparition de mangrove. En Indonésie, par exemple, une importante partie de la mangrove de l’île de Sumatra a été détruite par le tsunami de 2004. En participant au projet de restauration de la mangrove locale, bynativ contribue, en plus de l’absorption carbone, à la construction d’un rempart naturel contre les catastrophes naturelles qui protège les habitants de l’île. La mangrove permet également le retour de poissons et d’une grande biodiversité disparue depuis le séisme ainsi que le développement d’une économie alternative qui profite de façon juste aux populations locales.

Bien sûr, nous sommes dans une démarche d’amélioration perpétuelle. Nous sommes conscients du chemin qu’il nous reste à parcourir pour proposer à nos voyageurs des itinéraires en carbone neutre.

Plus de lecture ?

Miam, les petits plats à savourer autour du monde

Miam, les petits plats à savourer autour du monde

Afrique du Sud

La sagesse chinoise nous enseigne : « Tout voyage commence par un petit pas ». Mais si l’on voyage avec ses pieds, on le fait aussi avec ses papilles ! Et c’est même l’une des façons les plus agréables de découvrir le monde....

Superstitions dans le monde : Madagascar

Superstitions dans le monde : Madagascar

Madagascar

Depuis le commencement de notre tour du monde des superstitions, nous constatons que la frontière entre croyances, coutumes et superstitions est mince. A Madagascar, tout tourne autour des ancêtres et tous s’appliquent à ne pas les froisser,...

Le Mont Athos en Grèce : la montagne interdite aux femmes

Le Mont Athos en Grèce : la montagne interdite aux femmes

Grèce

Au nord-est de la Grèce, dans la région de la Macédoine, il existe une montagne sacrée où vivent environ 2000 moines répartis dans pas moins de 20 monastères orthodoxes. Ils vivent et prient en communauté, reclus de la société et coupés du...