Conseils santé du voyageur

Conseils santé

Où avez-vous la chance de partir ?

Les recommandations pour votre voyage au Pérou

Les risques sanitaires, donc les recommandations de leur prévention, varieront pour le voyageur en fonction des régions visitées andines, amazoniennes ou pacifiques.

Quels vaccins avant le départ ?

– Vaccinations obligatoires :
Bien que non obligatoire, pour les voyageurs arrivant d’Europe ou des USA, la vaccination contre la fièvre jaune doit être recommandée, essentiellement pour les voyages en Amazonie péruvienne.

– Vaccinations recommandées :
Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite et pour les enfants, rougeole, oreillons, rubéole.

Hépatite A (maladie à transmission alimentaire) ; l’immunité peut être acquise par  vaccination, mais aussi par contact muet avec le virus lors de voyages antérieurs (à vérifier par recherche d’anticorps protecteurs).

Hépatite B, proposée aux voyageurs à risque : si la transmission  par sang contaminé est, aujourd’hui, nulle en milieu médical, les risques, comme ceux des autres maladies à transmission sexuelle (SIDA, syphilis…et, probablement Zika), restent présents.

– Vaccinations plus optionnelles :
Typhoïde (transmission alimentaire) pour des voyages « difficiles » au cours desquels les risques seraient plus grands que lors des circuits classiques.
La vaccination contre la rage peut être recommandée surtout aux enfants.

Quels risques pendant le voyage ?

Maladies transmises par les moustiques ( paludisme, dengue, chikungunya, zika).
Si on n’est pas piqué, il n’y a pas risque de transmission de ces maladies (si on excepte la probable transmission sexuelle du virus Zika). D’où l’importance de se protéger de ces moustiques : répulsifs peau et vêtements, moustiquaires imprégnées, là où elles sont présentes.

La prise d’un traitement préventif du paludisme, sur prescription médicale, ne sera indiquée que pour les voyages, même courts, en région amazonienne.                             

Autres risques
Risques alimentaires depuis la banale et fréquente « turista » qui doit guérir en 24/48h avec diète hydrique + pansement intestinal (type Smecta), jusqu’aux plus sévères infections microbiennes, virales  ou parasitaires nécessitant, pour les éviter, la rigueur habituelle pour les voyages « difficiles » ( boissons capsulées, eau traitée,viandes, poissons et fruits de mer cuits, fruits et légumes lavés, pelés ou…jetés !).

Les risques de baignade en mer justifient, comme toujours de s’informer des risques (courants, requins, méduses).
On évitera les baignades en  eau douce,
Les andinistes, trekkers dans la Cordillère, pourront être confrontés aux problèmes de la tolérance aux hautes altitudes.  Si le Machu-Picchu n’est qu’à 2000 mètres, lors de l’arrivée  à Cuzco à 3300  ou à Huancayo à 3400 mètres sans acclimatation, le voyageur pourra subir les signes( modérés) d’un mal aigu des montagnes, (MAM) : maux de tête, vertiges, fatigue, insomnie, oedèmes cédant au repos et à la prise de paracétamol, sans qu’il soit nécessaire de prendre de traitement préventif des accidents du MAM. En cas d’ascensions andines plus élevées (le Nevado Huascaran culmine à 6768 mètres) la consultation d’altitude évaluera, avant le départ, la résistance à l’hypoxie et prescrira les traitements préventifs. (acétazolamide).

Informations pratiques

L’infrastructure sanitaire est excellente à Lima, mais en cas de problème médical ou chirurgical, il sera indispensable de contacter la compagnie d’assurances-assistance.

Une question en tête ?

Si un détail vous taraude, vous pouvez visiter notre centre d’aide. Là se trouve une mine d’informations sur bynativ. Et si vous n’y trouvez pas votre éclaircissement, alors vous pouvez toujours cliquer sur le bouton ci-dessous et nous envoyer votre message directement.