Conseils santé du voyageur

Conseils santé

Où avez-vous la chance de partir ?

Les recommandations pour votre voyage au Costa Rica

Malgré des biotopes très différents entre les chaines volcaniques centrales et les régions côtières pacifiques et caraïbes, les éventuels risques sanitaires seront globalement les mêmes quel que soit l’itinéraire d’un voyage au Costa Rica.

Avant votre départ, quels vaccins ?

– Vaccinations obligatoires :
Aucune pour les voyageurs en provenance d’Europe, mais un certificat de vaccination contre la fièvre jaune peut être exigé en cas de séjour récent dans un pays voisin, s’il y existe un risque épidémique.

– Vaccinations recommandées :
Diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite et pour les enfants, rougeole, oreillons, rubéole.

Hépatite A (maladie à transmission alimentaire) ; l’immunité peut être acquise par  vaccination, mais aussi par contact muet avec le virus lors de voyages antérieurs (à vérifier par recherche d’anticorps protecteurs).

Hépatite B, proposée aux voyageurs à risque : si la transmission  par sang contaminé est, aujourd’hui, nulle en milieu médical, elle pourrait ne pas l’être en cas de tatouages ou piercing, par non utilisation de matériel à usage unique. Les risques d’hépatite B mais aussi des autres maladies sexuellement transmissibles (SIDA, syphilis…), restent présents ..

– Vaccinations plus optionnelles :
Typhoïde (transmission alimentaire) : pour des voyages « difficiles » au cours desquels les risques seraient plus grands que lors des circuits classiques.

La vaccination contre la rage peut être recommandée surtout aux enfants.

Et pendant le voyage, quels risques ?

-Maladies transmises par les moustiques ( paludisme, dengue, chikungunya, zika)
Si on n’est pas piqué, il n’y a aucun risque de transmission de ces maladies. D’où l’importance de se protéger de ces moustiques : répulsifs peau et vêtements, moustiquaires imprégnées, là où elles sont présentes.
Le ratio bénéfice/risque ne plaide pas en faveur de la prise d’un traitement préventif du paludisme, qui ne sévit plus, même dans le parc de Tortuguero, petite Amazone costa-ricienne.

 -Autres risques
Risques alimentaires depuis la banale et fréquente « turista » qui doit guérir en 24/48h avec diète hydrique+ pansement intestinal type Smecta, jusqu’aux plus sévères infections microbiennes,  ou parasitaires nécessitant la rigueur habituelle en voyage (viandes, poissons et fruits de mer cuits, fruits et légumes lavés, pelés ou…jetés !).

Les risques de baignade en mer varieront en fonction de la région et il sera toujours préférable avant de se mettre à l’eau de s’informer des risques (courants, poissons venimeux, méduses).

La recherche de l’oiseau mythique et magnifique qu’est le Quetzal, pourra amener les passionnés d’ornithologie à des altitudes relativement élevées (>3000mètres), mais surtout qu’ils atteindront sans acclimatation en arrivant en quelques heures du bord de mer : sans qu’il s’agisse d’un véritable mal aigu des montagnes, peut apparaître un inconfort certain mais passager (maux de tête, fatigue, vertiges). Une bonne nuit sera suffisante pour en venir à bout.

Informations pratiques :

L’infrastructure sanitaire est excellente à San José. En cas de problème médical ou chirurgical sévère, il sera souhaitable de contacter la compagnie d’assurances-assistance.

Une question en tête ?

Si un détail vous taraude, vous pouvez visiter notre centre d’aide. Là se trouve une mine d’informations sur bynativ. Et si vous n’y trouvez pas votre éclaircissement, alors vous pouvez toujours cliquer sur le bouton ci-dessous et nous envoyer votre message directement.